Rechercher
  • mathurinessama

Debora Kayembe, une réfugiée congolaise à la tête de l’université d’Edimbourg



















L’avocate et militante politique de 45 ans a été remarquée pour son message de tolérance et de dialogue face au racisme au Royaume-Uni.


Plus de seize ans après avoir fui la République démocratique du Congo (RDC), recherchée par un groupe armé qu’elle a contribué à démasquer, Debora Kayembe s’apprête à devenir rectrice de la vénérable université d’Edimbourg, qui sera pour la première fois dirigée par une personne noire. Depuis ce temps-là, l’avocate, aujourd’hui âgée de 45 ans, a demandé l’asile au Royaume-Uni, fondé une famille et s’est installée en Ecosse, où elle s’est spécialisée dans les dossiers de droits humains.

Malgré son parcours, la militante politique estime que rien ne l’avait préparée à se voir proposer de prendre la tête de l’université d’Edimbourg, fondée au XVIe siècle. En novembre 2020, elle a été approchée pour savoir si elle envisagerait d’accepter le poste. Elle a accepté, tout en pensant que ses chances étaient minces. Sa nomination l’a laissée sans voix. « C’est quelque chose que je n’avais jamais imaginé, jamais cherché, confie-t-elle à l’AFP. C’est arrivé sur un plateau. »


Plusieurs mois avant sa nomination, Debora Kayembe s’était retrouvée mêlée à un conflit qu’elle avait d’abord voulu éviter. Elle avait déjà été victime de racisme auparavant en Ecosse, mais les attaques ont atteint leur paroxysme en juin 2020, en pleine mobilisation mondiale contre le racisme après la mort de George Floyd, un Américain noir mort lors de son arrestation par la police aux Etats-Unis. Debora Kayembe se rendait à un rendez-vous professionnel quand sa voiture a violemment quitté la route. En inspectant le véhicule, elle s’est rendu compte que des clous avaient été mis sur les quatre pneus. « Les fois précédentes, je pouvais dormir tranquille, explique-t-elle. Parfois il faut faire le dos rond et laisser passer les choses, mais ce qui m’est arrivé ce jour-là est inacceptable. »






15 vues0 commentaire